20.4 C
Berne
mardi 18/06/2024

Ignatio Cassis: La Suisse soutient le dialogue entre le Kosovo et la Serbie, mais les parties doivent mettre en œuvre les engagements des accords de Bruxelles et d’Ohrid

Interview Ignazio Cassis – pour le journal suisses en albanais Le Canton27.ch (avec Rédacteur en chef Nefail Maliqi)

Berne -À Bled, en Slovénie, s’est terminé  le Forum Stratégique (28 et 29 août) dont le thème était « Solidarité pour la sécurité mondiale », où, outre de hauts dignitaires de l’UE, de la CE et des dirigeants des pays des Balkans occidentaux, les le chef de la diplomatie suisse, M. Ignazio Cassis, qui s’est exprimé devant les participants à deux ou trois séances de débats.

Au forum stratégique (Forum stratégique de Bled-2023, Solidarité pour la sécurité mondiale) à Bled, auquel ont participé environ trois millier de participants, outre les hôtes du sommet, les chefs d’État de Slovénie, le président Natash Pirc Musar et le Premier ministre Le ministre Robet Golob a également accueilli pendant deux jours consécutifs de nombreuses personnalités (présidents, premiers ministres et ministres des Affaires étrangères), principalement des pays des Balkans occidentaux, dont ici des représentants de l’UE et de la CE. Du côté du Conseil européen, son président sera M. Charles Michel, tandis que de l’UE, Vladimir Lajcak, Tanja Fajon, ministre des Affaires étrangères de Slovénie, Dunja Mijatovic de la CE, etc. Selon le journal suisse Le Canton27.ch , à ce sommet mondial à Bled, en Slovénie, la chef de la diplomatie suisse, Ingazo Cassis, a également participé.

Le Bled Strategic Forum est une conférence internationale annuelle, organisée par le gouvernement slovène qui réunit quelques 3’000 participants. Placée sous la thématique « Solidarity for Global Security », l’édition 2023 se penche sur la situation géostratégique actuelle et les défis du multilatéralisme dans un contexte d’insécurité et d’incertitude croissantes. Lors d’une table ronde sur le futur du multilatéralisme, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a fait part de l’expérience de la Suisse au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies et en tant qu’État-hôte d’organisations internationales. Tout en détaillant la position de la Suisse face à l’agression russe en Ukraine, le chef du DFAE a présenté l’engagement suisse en faveur de la population ukrainienne et pour la reconstruction du pays.

La contribution de la Suisse en faveur de certains États membres de l’UE, par laquelle la Suisse investit dans la sécurité, la stabilité et la prospérité de l’Europe, s’inscrit dans le cadre plus large des relations avec l’Union européenne.

Dans cette interview M. Cassis répond au journaliste du Canton27.ch, la langue albanaise peut-elle devenir la 5ème langue officielle en Suisse ?

Le Canton27.ch: Monsieur le Conseiller fédéral, quel est l’intérêt de la Suisse d’être présente à ce forum stratégique, avec tous ces pays balkaniques?


Cassis: Il y en a deux. Le premier intérêt est celui qui est né de mettre ensemble les pays des Balkans occidentaux et d’étayer la situation de stabilité parfois fragile et de paix entre eux. Maintenant ce forum s’est élargi et est devenu un évènement international. Il y a donc l’élément « Balkans », et aujourd’hui le Président de l’UE Charles Michel a dit, et c’est une première, que l’an prochain l’intégration européenne devra être mûre, d’un côté comme de l’autre. Il a choisi cet endroit pour le dire et cela est important. Le deuxième intérêt, et c’est la discussion que nous venons d’avoir, est celui de la nécessité de faire évoluer le multilatéralisme. Nous discutons autour de ce thème car la situation géostratégique actuelle nous confronte à de nombreux enjeux. Et dans notre monde interconnecté,nous devons aborder les défis internationaux avec des réponses globales .

Le Canton27.ch: Avez-vous eu l’occasion de rencontrer des leaders des Balkans ? Tout à l’heure vous étiez avec Monsieur Albin Kurti, de quoi avez-vous parlé?

Cassis: Oui, nous nous sommes croisés avant le panel etavons eu un bref échange informel.. Nous nous connaissons depuis quelque temps. Nous avons brièvement discuté des questions d’actualité. Aussi bien celles liées aux catastrophes naturelles de ce moment que celles concernant la situation politique tendue au Kosovo.

Le Canton27.ch: Donc le dialogue entre la Serbie et le Kosovo à Bruxelles est toujours le thème de vos échanges?

Cassis: La Suisse soutient ce processus dans la mesure du possible, mais il faut une entente des deux parties et le respect pour les engagements pris dans le cadre des accords de Bruxelles et Ohrid..


Le Canton27.ch: Les chiffres de l’Office fédéral de la statistique font état de 300’000 albanophones présents en Suisse. Est-ce que cette langue albanaise pourrait être reconnue «officiellement» ?

Cassis: En Suisse, il y a trois langues officielles, mais quatre langues nationales, dont la quatrième est le romanche. Elle sont reconnues par la Confédération et stipulées dans la Constitution. La cohabitation entre les différentes cultures et les multiples diasporas vivant en Suisse font la richesse de notre pays. Et la grande communauté albanaise y contribue également.

Derniers articles