19 C
Berne
lundi 22/07/2024

Proche-Orient : Le conseiller fédéral Cassis souligne la nécessité d’une solution globale

Bernë, 24 janvier -Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a participé le 23 janvier à un débat ministériel sur le Proche-Orient au Conseil de sécurité de l’ONU. Sous présidence française, ce débat avait pour objectif de contribuer à des avancées concrètes en vue d’une solution politique à la crise au Proche-Orient. Au Conseil, le chef du DFAE a fait une analyse de la situation et présenté ses vues pour une solution au conflit et une paix durable dans la région. En outre, le chef du DFAE a profité de sa présence à l’ONU à New York pour tenir des rencontres bilatérales, annonce le journal suisse en albanais Le Canton27.ch

Le conseiller fédéral Cassis a réaffirmé hier la position du Conseil fédéral sur le conflit au Proche-Orient lors d’un débat de haut niveau au Conseil de sécurité de l’ONU. Il a condamné les attaques terroristes du Hamas contre Israël et a exigé la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages détenus par le Hamas. Le chef du DFAE a également pointé la précarité de la situation humanitaire à Gaza : « Depuis le 7 octobre dernier, la violence ne semble plus avoir de limites en Israël, à Gaza, comme dans tout le Territoire palestinien occupé. »

Le chef du DFAE s’est également exprimé à New York sur l’engagement du Conseil de sécurité de l’ONU sur le conflit au Proche-Orient. Ce dernier a adopté récemment des résolutions essentielles qui sont très difficilement mises en œuvre. Seule une partie des otages a été libérée, des civils sont quotidiennement victimes des combats et le droit humanitaire international est continuellement violé. « Nous ne pouvons pas céder à la frustration. Nous ne pouvons pas nous laisser décourager » a déclaré Ignazio Cassis devant le Conseil de sécurité. Il a souligné la nécessité d’une solution globale, impliquant notamment les États de la région. « Sans un consensus politique régional, une paix durable au Proche-Orient n’est pas possible » a précisé le chef du DFAE. Au niveau diplomatique, les dernières années ont montré qu’il y avait une marge de manœuvre pour une entente politique et des intérêts communs entre Israël et les États de la région. Cette marge de manœuvre doit être utilisée pour œuvrer à une paix durable, qui passera par la solution à deux États. « C’est la seule solution qui donnera tant aux Israéliens qu’aux Palestiniens la perspective de vivre en paix et en sécurité », a souligné le conseiller fédéral Cassis.

Le chef du DFAE a appelé les parties au conflit, les États de la région et les membres du Conseil de sécurité à agir afin de jeter les bases d’une cessation durable des hostilités et d’une solution politique à la crise. Cette dernière passera par la libération immédiate des otages, un cessez-le-feu humanitaire, l’accès sans entrave de l’aide humanitaire à Gaza et le respect total du droit international humanitaire. La Suisse est prête à soutenir ces efforts en collaboration avec Israël, l’Autorité palestinienne, et les États de la région.

Dans ce contexte, le chef du DFAE a rencontré à New York les ministres des affaires étrangères d’Algérie, de Jordanie et du Liban afin de discuter du conflit du Proche Orient et de ses implications pour la région. En marge de sa présence au Conseil de sécurité, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a également rencontré le secrétaire général de l’ONU António Guterres et Stéphane Séjourné, le nouveau ministre français des Affaires étrangères. Enfin, le conseiller fédéral a eu une entrevue avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov afin de discuter de la guerre en Ukraine et des voies possibles vers la paix.

Derniers articles