12.1 C
Berne
dimanche 23/06/2024

Carole-Anne Kast : L’intégration des Albanais en Suisse témoigne le mieux de leur inclusion dans nos institutions, tant à Onex que dans tout le canton de Genève

Genève, 25 avril (Nefail Maliqi)  -Carole Anne Kast, candidate potentielle au poste de conseillère d’Etat (SP) est une personnalité politique suisse bien connue, cheffe de la section cantonale du Parti socialiste suisse de 2014 à 2018, conseillère administrative de la ville d’Onex depuis 2007 et membre du Conseil du canton de Genève de 2005 à 2007 puis de mai à août 2018. Elle a étudié le droit à l’Université de Genève. Licenciée en 1996, elle a reçu le Prix Edmond Huet Du Pavillon 1996/97, récompensant le meilleur diplôme en droit, écrit le journal suisse en albanais Le Canton27.ch

Carole-Anne Kast, actuelment Maire de la ville d’Onex a été pendant plusieurs années conseillère administrative de la ville d’Onex depuis 2007 et ancienne présidente du SP de Genève. Mademoiselle Kast fait partie des favorites dans la course au Conseil d’État. Dans une interview accordée au journal suisse albanais Canton27.ch, outre les élections à venir le 30 avril et les priorités de son parti et le rôle des étrangers, elle évoque également avec satisfaction l’intégration des Albanais dans sa commune ainsi que dans le canton de Genève.

Mme Kast, la Maire de la ville d’Onex et vice-présidente de l’ASLOCA Genève, Carole-Anne Kast sera candidate à l’élection du 2 avril au Conseil d’Etat genevois. ➡ «Les loyers explosent. Il y a de moins en moins de logements accessibles pour les classes populaires et moyennes. Face à cette situation, il faut défendre la protection du droit du bail face aux attaques des milieux immobiliers à Berne. Les lois cantonales de défense des locataires doivent être renforcées.»

  • Il ne reste plus que quelques jours qui nous séparent de l’élection au Conseil d’Etat. Qu’attendez-vous en tant que candidate le 30 avril ?

Carole Anne Kast: J’espère vivement que la population reconduise la majorité de gauche au Conseil d’Etat dont le bilan et les actions témoignent de notre engagement en faveur de tous et toutes. Cette majorité est par ailleurs indispensable pour exercer un contre-pouvoir à la majorité de droite et d’extrême droite du nouveau Grand-Conseil. C’est un équilibre nécessaire pour que les projets en faveur du logement, de l’environnement, de l’aide sociale, de l’emploi ne soient pas bloqués durant les 5 années à venir.

  • Que pensez-vous de « l’alliance de droite » à Genève ?

Carole Anne Kast: La gauche (les Socialistes et les Vert.es) s’est alliée il y a plus d’une année. Un programme a été construit point par point, une vision pour Genève dessinée, des propositions étudiées, une réflexion de fond a été menée afin que les électeurs et électrices sachent exactement ce que nous proposons.

Que dire donc d’une Alliance de droite, bricolée au soir de l’élection du 2 avril, il y a moins d’un mois ? Pas grand-chose car elle n’est pas crédible puisque tout le travail de construction d’un programme qui tienne la route n’a pas pu avoir lieu ! Ses propositions sont démagogiques, purement électoralistes et ne pourront aboutir sur aucune concrétisation. On a d’ailleurs vu pendant les débats que sur de nombreux points ils sont en désaccord. Ce n’est pas sérieux vis à vis des électrices et des électeurs.

  • Quelles sont les priorités de votre parti ? Quele est le place des étrangers dans le programme du PS ?

Carole Anne Kast: La priorité du parti socialiste est la qualité de vie des habitant-es pour toutes et tous et pas seulement pour une minorité de privilégiés. Le cœur de notre action est la justice sociale.

La Suisse, et en particulier Genève, a toujours bénéficié de riches apports de l’immigration en termes économiques, culturels et sociaux. Cela fait partie de l’ADN de notre canton depuis des siècles. D’ailleurs, l’égalité des chances et la participation à la vie publique sont au cœur du programme des socialistes pour toutes et tous : migrant-e-s ou non.

C’est pourquoi, une des priorités du parti socialiste à Genève est le vote de l’initiative constitutionnelle cantonale Une vie ici, une voix ici visant à élargir les droits politiques en matière cantonale à tou-tes les résident-es genevois-es, y compris celles et ceux qui ne sont pas suisses. 40% des habitant-es de notre canton sont aujourd’hui mis à l’écart de décisions essentielles sur la santé, la formation, le logement, l’environnement, l’aménagement, les transports, la fiscalité, etc. Il est temps que cette partie de la population contribue aussi aux décisions nous concernant tous et toutes, en distinguant nationalité et citoyenneté cantonale. Nous voterons prochainement sur cette initiative et le parti socialiste s’y engagera fortement.

  • Parlons des étrangers. Dans notre canton, il y en a un grand nombre albanais, principalement du Kosovo. Quelle est leur image ?

Carole Anne Kast: Le parti socialiste genevois a la chance de connaître plusieurs militant-es d’origine du Kosovo extrêmement investi-es. Je me limite à citer, parmi tant d’autres, Hysri Halimi, premier binational suisso-albanais qui occupe le poste de Président du Conseil municipal meyrinois ou encore les député-es Xhevrie Osmani, qui a été brillement réélue au Grand Conseil ou Léonard Ferrati qui accède au Parlement dès sa première participation. Ils assurent une belle relève qui rassure sur l’avenir du parti socialiste et sur l’engagement en politique de manière générale.

A titre personnel, je suis Maire de la Ville d’Onex et la communauté kosovare y compose des citoyennes et des citoyens investi-es pour leur commune depuis de nombreuses années. Plusieurs d’entre elles et eux l’on montré par leur engagement bénévole, leur apport culturel et social ou par leur engagement au sein du Conseil municipal.

Leurs parcours et investissement pour la collectivité publique sont une preuve évidente que les personnes issues de la migration, comme la grande majorité des genevois-es, sont précieuses pour l’avenir de Genève et que leur apport n’est pas juste limité à des forces de travail.

Derniers articles