20.4 C
Berne
jeudi 13/06/2024

Le nombre d’étrangers (…Albanais aussi) continue d’entrer en Suisse, mais pas aussi massivement qu’en Allemagne. En juin, le nombre d’étrangers en Suisse a atteint 2 275 965

Berne, 17 août  -Au premier semestre 2023, la forte demande du marché du travail et le chômage structurellement bas ont également eu un impact sur l’immigration vers la Suisse. L’immigration nette de la population résidente étrangère permanente est passée de 9 384 à 47 200 par rapport au premier semestre 2022. Fin juin de cette année, 2 275 965 étrangers vivent en Suisse, dont des milliers d’Albanais principalement du Kosovo (mais pas un nombre massif comme dans Allemagne), rapporte le journal suisse de Berne Le Canton27.ch se référant aux sources des autorités suisses.

Entre janvier et fin juin 2023, l’immigration dans la population résidente permanente étrangère s’est élevée à 85’732 personnes, soit 10’634 personnes (+14,2%) de plus qu’à la même période de 2022. 61’808 personnes ont immigré en Suisse depuis l’UE/AELE, ce qui correspond à soit une augmentation de 8736 personnes (+16,5%) par rapport à la même période de l’année précédente. S’agissant des ressortissants de pays tiers, il y avait 23.924 personnes, soit 1.898 personnes (+8,6%) de plus qu’au premier semestre 2022.

Sipas gazetes zvicerane Le Canton27.ch, l’émigration de la population résidente étrangère permanente s’élève à 34 452 personnes (+651 personnes par rapport à 2022). Au total, 26 350 ressortissants de l’UE/AELE (+339 personnes) et 8 102 ressortissants de pays tiers (+312 personnes) ont quitté la Suisse.

L’immigration nette dans la population résidente étrangère permanente a augmenté de 9 384 à 47 200 (différence entre immigration et émigration et corrections statistiques). Le solde migratoire a augmenté pour les ressortissants de l’UE/AELE de 7 849 personnes à 32 487 personnes et pour les ressortissants de pays tiers de 1 535 personnes à 14 713 personnes.

Marché du travail dynamique
Après une période d’instabilité causée par la pandémie de Covid-19, l’immigration a continué d’augmenter depuis 2022 au cours des six premiers mois de cette année. Cette évolution est due à la vigueur du marché du travail. Fin juin 2023, 95’242 travailleurs étrangers avaient immigré en Suisse. 43 180 personnes (+14,8% par rapport à fin juin 2022) sont venues pour un emploi de courte durée, 52 062 personnes (+17,3%) ont commencé un emploi de longue durée. Sur les quotas de permis de séjour pour les travailleurs de pays tiers, 41 % des permis de séjour de courte durée (1 632 permis L) et 41 % des permis de séjour (1 838 permis B) étaient épuisés fin juin 2023. allemand, français,

La situation économique et l’internationalisation de l’économie et de la société sont des moteurs de la demande de main-d’œuvre des entreprises. Le chômage est à son plus bas niveau depuis 20 ans. Dans de nombreuses professions, le besoin démographique de remplacements (retraites) a été amorti par des travailleurs recrutés en Suisse et à l’étranger. L’immigration pour l’emploi à long terme était la plus forte dans les secteurs secondaires et des services dans l’hôtellerie, la planification, le conseil et l’informatique, le commerce et les soins de santé.

Entre janvier et juin 2023, 41 747 nouveaux titres frontaliers ont également été délivrés. Au premier semestre 2022, il y avait 38 547 permis. Le nombre de courts séjours nécessitant une déclaration était de 168 896 (année précédente : 155 570). Les résidents de courte durée sont les personnes qui occupent un emploi de courte durée auprès d’un employeur suisse (60%), ainsi que les salariés détachés (31%) et les prestataires de services indépendants (9%) qui séjournent en Suisse pour une durée maximale de trois mois ou 90 jours ouvrables par arrêt de l’année civile.

Derniers articles