12.5 C
Berne
mardi 21/05/2024

Main-d’oeuvre étrangère (1,12 million) en Suisse de 25 nationalités. Le Kosovo occupe la cinquième place. Neuvième Serbie, l’Albanie n’apparaît pas

Berne, 22 aout — La situation des 1,12 million de personnes actives occupées étrangères diffère selon le pays d’origine. Le taux de personnes actives occupées est élevé pour les ressortissants de certains pays de l’UE (85% ou plus), mais inférieur à 60% pour d’autres nationalités (Russie, Érythrée, Turquie1). Les personnes actives occupées provenant des États-Unis et du Royaume-Uni ont plutôt tendance à être hautement qualifiées et occupent souvent une fonction dirigeante, tandis que celles originaires du Sri Lanka et d’Érythrée exercent davantage une profession élémentaire. Cela se reflète également dans les conditions de travail. Ce sont là quelques-uns des résultats de l’analyse «Main-d’oeuvre étrangère en Suisse», publiée par l’Office fédéral de la statistique (OFS), annonce le journal suisse en albanais Le Canton27.ch
Au 31 décembre 2021, les nationalités suivantes étaient les plus représentées au sein de la population résidante permanente en Suisse: Italie, Allemagne, Portugal, France, Kosovo, Espagne, Turquie, Macédoine du Nord, Serbie, Autriche, Royaume-Uni, Pologne, Bosnie et Herzégovine, Croatie, Hongrie, Roumanie, Sri Lanka, Érythrée, Brésil, Pays-Bas, Slovaquie, Chine, Grèce, États-Unis et Russie.
Sur la période 2018 à 2022, le taux de personnes actives occupées âgées de 25 à 64 ans était de 83,5% en moyenne, avec de fortes variations selon les nationalités analysées. Les taux les plus élevés, de 85% ou plus, sont enregistrés pour les personnes originaires de l’UE (Allemagne: 89,9%; Autriche: 89,5%; Slovaquie: 86,4%; France: 86,3%; Grèce 85,0%). Les Suisses se distinguent également par un taux de personnes actives occupées élevé (85,5%). La participation au marché du travail la plus faible (moins de 60%) s’observe chez les personnes venues de Russie (59,0%), d’Érythrée (59,2%) et de Turquie (59,8%).
Environ 90% des Américains et des Russes ont un titre de formation tertiaire
La plus forte proportion de titulaires d’un diplôme du degré tertiaire s’observe chez les personnes actives occupées originaires des États-Unis (92,5%) et de Russie (87,8%), suivies de celles originaires du Royaume-Uni (80,4%), des Pays-Bas (76,3%) et de Grèce (72,7%). À titre de comparaison, cette proportion est de 48,2% chez les personnes actives occupées suisses. Un haut niveau de formation va souvent de pair avec une profession hautement qualifiée (directeurs, cadres de direction et gérants, professions intellectuelles et scientifiques, professions intermédiaires). Les professions hautement qualifiées sont le plus représentées chez les personnes actives occupées originaires des
États-Unis (88,6%), du Royaume-Uni (83,6%), des Pays-Bas (80,8%) et de la Russie (76,7%). Chez les Suisses, cette part s’élève à 56,0%.
Les Sri-Lankais et les Érythréens exercent le plus souvent une profession élémentaire
Parmi les actifs occupés originaires du Sri Lanka et d’Érythrée, moins de 10% ont suivi une formation tertiaire ou travaillent dans une profession hautement qualifiée. Ils exercent dès lors bien plus souvent une profession élémentaire que les titulaires des autres nationalités étudiées (Sri Lanka: 47,5%; Érythrée: 37,5%). La part des professions élémentaires est également élevée chez les personnes actives occupées des pays suivants: Macédoine du Nord (28,3%), Kosovo (24,4%), Brésil (23,7%), Portugal (21,2%) et Serbie (20,9%). À titre de comparaison, ce taux est de 3,3% chez les personnes de nationalité suisse.
Les femmes exercent plus souvent une activité à temps partiel que les hommes, toutes nationalités confondues. La part la plus élevée s’observe chez les Sri-Lankaises (79,0%), suivies des Kosovares (70,5%) et des Érythréennes (66,3%). Les Suissesses arrivent en quatrième position (65,2%). Les taux les plus bas sont de 30,8% chez les Grecques et 34,9% chez les Roumaines.
Les fonctions dirigeantes sont les plus répandues chez les Britanniques
La proportion de personnes actives occupées qui exercent une fonction dirigeante est particulièrement élevée chez les salariés originaires du Royaume-Uni (44,3%), suivis de ceux provenant des États-Unis (38,8%). Des taux élevés (avoisinant un tiers) sont également à mentionner pour certains pays de l’UE (Pays-Bas et Grèce: 35,9%; Allemagne: 35,5%; France: 34,8%; Autriche: 33,1%). Les personnes salariées originaires d’Érythrée et du Sri Lanka occupent bien plus rarement ce genre de fonction (respectivement 8,3% et 12,1%). Cette proportion est de 28,7% chez les personnes de nationalité suisse.
Des conditions de travail très différentes selon la nationalité
Les personnes salariées qui travaillent le plus souvent selon des horaires flexibles sont les Britanniques (65,9%) et les Américains (64,7%), suivis des Néerlandais (62,5%) et des Russes (61,1%); cette part s’élève à 51,2% chez les personnes salariées suisses. Les Érythréens et les Sri-Lankais sont moins de 10% à profiter d’horaires de travail flexibles.
La plus forte proportion de contrats de moins d’un an s’observe chez les personnes salariées originaires d’Érythrée (7,9%) et du Brésil (5,5%). Cette proportion est de 2,0% chez les Suisses. Les horaires atypiques (travail régulier le soir, la nuit, le week-end) sont également très diversement représentés. Ces formes de travail sont le plus répandues chez les personnes actives occupées de nationalité sri-lankaise, suivies de celles venues d’Érythrée, du Brésil, de Serbie, de Bosnie et Herzégovine, et de Slovaquie.

Derniers articles