13.7 C
Berne
dimanche 26/05/2024

Le mois prochain, la Suisse retirera le CS de l’ONU des « mains » de la Russie, dont le président est recherché pour une arrestation internationale

Le rédacteur en chef du journal suisse en albanais Le Canton27.ch : Le CS de l’ONU à partir du mois prochain sera  dans des mains propres et sûres!

Berne, 20 avril (Nefail Maliqi) – En mai 2023, la Suisse assumera la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU. Il représente une opportunité de centrer les travaux du Conseil sur les priorités suisses et de donner au Conseil une impulsion pour ses actions. Ce rôle est limité par des règles. Il sert principalement à assurer le bon déroulement des travaux du Conseil afin que les décisions puissent être prises. On se souviendra que cette année-là, le CSNU était entre les « mains » (dirigées) de la Russie. dont le président est recherché internationalement pour crimes et massacres contre des Ukrainiens en Ukraine, écrit le journal suisse albanais Le Canton27.ch, citant des sources du DFAE.

Présidence suisse du Conseil de sécurité de l’ONU

En mai 2023, la Suisse assumera la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU. C’est l’occasion de centrer les travaux du Conseil sur les priorités suisses – à savoir « la promotion d’une paix durable » et « la protection de la population civile » – et de donner au Conseil une impulsion pour ses actions. Que signifie la présidence pour la Suisse? Tour d’horizon des compétences, pratiques et priorités de la Suisse durant son mois de présidence.

En mai 2023, la Suisse assumera la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU. Il représente une opportunité de centrer les travaux du Conseil sur les priorités suisses et de donner au Conseil une impulsion pour ses actions. © DFAE

La Suisse assurera la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU en mai 2023. Ce rôle est lié par des règles. Il sert principalement à assurer le bon déroulement des affaires du Conseil afin que les décisions puissent être prises. Les membres du Conseil de sécurité occupent ce poste à tour de rôle dans l’ordre alphabétique des noms anglais des États. À ce titre, l’État qui préside le Conseil préside les réunions et, si nécessaire, représente le Conseil auprès du monde extérieur et auprès d’autres organes de l’ONU tels que l’Assemblée générale. Le mois de la présidence offre à la Suisse l’occasion de se concentrer sur ses priorités thématiques pour l’adhésion au Conseil en 2023-2024 et de donner au Conseil une impulsion pour ses actions.

Quels sont les pouvoirs de la présidence du Conseil ?

En plus de tenir des réunions mandatées, la présidence convoque des réunions supplémentaires en fonction des événements mondiaux actuels et à la demande d’autres États membres. Le 13 février 2023, par exemple, la présidence maltaise de l’époque a convoqué une réunion privée à la demande de la Suisse et du Brésil peu après les tremblements de terre dévastateurs en Turquie. En tant que co-auteurs du dossier humanitaire syrien, la Suisse et le Brésil avaient demandé cette réunion afin que le Conseil de sécurité puisse être informé de la situation d’urgence sur le terrain et examiner si des mesures pour assurer l’accès humanitaire dans les régions touchées sont nécessaires.

Lors des réunions, la Présidence donne la parole aux autres membres. En règle générale, le Conseil reçoit d’abord des informations de rapporteurs du Secrétariat de l’ONU, d’autres programmes de l’ONU et de représentants de la société civile sur le terrain. Les lettres donnent au Conseil de sécurité un compte rendu de première main de la situation dans un conflit spécifique, dont le Conseil débat ensuite.

La Présidence fait également des déclarations aux médias, par exemple après des votes ou d’autres décisions importantes.

Points focaux du mois de la présidence suisse

La Présidence planifie le programme de travail du mois. La base du programme est en grande partie prédéterminée, à savoir par la nécessaire prolongation des mandats des missions de maintien de la paix de l’ONU ou des régimes de sanctions établis par le Conseil de sécurité. La Présidence peut également organiser ses propres réunions. La Suisse prévoit deux événements phares de ce type au cours de sa présidence en mai, qui sont directement liés à son profil et à ses priorités en matière de politique étrangère. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis et le président fédéral Alain Berset animeront les débats publics. La conseillère fédérale Viola Amherd devrait également diriger une réunion du Conseil sur les missions de maintien de la paix de l’ONU.

Début mai : Débat ouvert sur la priorité « promouvoir une paix durable »
Le conseiller fédéral Cassis présidera ce débat début mai. Il vise à montrer comment le Conseil de sécurité, l’ONU et d’autres acteurs peuvent jouer un rôle plus important dans le renforcement de la confiance et la prévention des conflits armés. L’événement vise également à souligner l’importante contribution de la Genève internationale aux travaux du Conseil dans le domaine de la paix et de la sécurité.

Fin mai : Débat ouvert sur la priorité « protéger la population civile »
Le Secrétaire général de l’ONU présentera en mai son rapport annuel sur la protection de la population civile au Conseil de sécurité de l’ONU. Le président Berset présidera la session de cette année, qui aura lieu pendant le mois de la présidence suisse en présence du secrétaire général de l’ONU António Guterres et du président du CICR Spoljaric. Le débat public se concentrera sur l’impact des conflits sur la faim parmi les civils et en particulier sur la protection des infrastructures civiles pour la production et la distribution alimentaires.

Fin mai : 75e anniversaire du maintien de la paix de l’ONU

En 1948, le Conseil de sécurité de l’ONU envoie pour la première fois une mission de maintien de la paix, l’ONUST, pour maintenir le cessez-le-feu au Moyen-Orient. L’ONUST est aujourd’hui dirigé par le général suisse Patrick Gauchat. Le conseiller fédéral Amherd devrait être à New York fin mai, au nom de la Suisse, pour souligner les réalisations extraordinaires des quelque 100 000 Casques bleus de l’ONU. Ils sont déployés dans des conditions dangereuses à travers le monde pour prévenir les conflits, protéger les civils, faire avancer les solutions politiques et soutenir les processus démocratiques.

Le dixième anniversaire du groupe ACT dirigé par la Suisse tombe également au mois de la présidence. L’objectif du groupe est, entre autres, de renforcer les méthodes de travail du Conseil de sécurité. Par exemple, le groupe ACT veille à ce que les membres actuels et futurs du Conseil de sécurité ne votent pas contre des résolutions sur des cas de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité.

Derniers articles