20.8 C
Berne
dimanche 26/05/2024

Christine Schraner Burgener: Dans le domaine de l’asile également, le SEM a eu fort à faire en 2022. Pas moins de 24 500 demandes d’asile ont été déposées, un record depuis 2016 !

Ecrir par: Christine Schraner Burgener, Secrétariat d’État aux migrations

Que me vient-il à l’esprit quand je pense à l’année que nous venons de vivre ? Je garde surtout le souvenir de rencontres avec des personnes forcées de quitter leur pays pour trouver refuge chez nous. Des femmes et des enfants d’Ukraine essentiellement, impatients que cette guerre meurtrière se termine pour pouvoir rejoindre leurs proches restés au pays, des proches qu’ils espèrent retrouver sains et saufs. Je me suis rendue plusieurs fois dans les centres fédéraux pour requérants d’asile (CFA), où j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec nombre de personnes en quête de protection : j’ai toujours été impressionnée par la façon dont elles ont gardé confiance et pris leur destin en main malgré les mauvaises nouvelles en provenance de leur pays. La disposition de la population suisse à leur venir en aide m’a tout autant touchée. En effet, des familles d’accueil ont ouvert chaleureusement leur porte à des dizaines de milliers d’Ukrainiens, qu’elles ont accompagnés dans leur vie quotidienne et qu’elles ont même, souvent, fini par considérer comme étant des leurs.

Le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) a été extrêmement sollicité dans les premiers jours qui ont suivi le début de la guerre en Ukraine. Des milliers de personnes en quête de protection ont voulu se faire enregistrer dans nos CFA, d’où des files et des temps d’attente très longs. Le soutien du personnel de toute l’administration fédérale et le développement rapide d’une application facilitant la prise de rendez-vous nous ont permis de vite surmonter cette difficulté. Il fallait alors offrir un toit et un lit à chacune de ces personnes. Nous y sommes parvenus grâce à l’étroite collaboration qui s’est instaurée entre la Confédération, les cantons, les villes et les communes ainsi qu’à l’aide de la société civile. Fin 2022, quelque 75 000 migrants venant d’Ukraine avaient ainsi réussi à trouver un logement temporaire en Suisse, pouvant commencer sans tarder à réorganiser leur vie, à apprendre l’une de nos langues nationales et même, dans certains cas, à chercher un emploi. Aujourd’hui encore, ils sont plusieurs centaines chaque semaine à demander le statut de protection S. Je suis sûre que nous réussirons à trouver aussi une solution pour eux.

Devant à gauche, la secrétaire d’État à la migration, Christine Schraner Burgener. 

Dans le domaine de l’asile également, le SEM a eu fort à faire en 2022. Pas moins de 24 500 demandes d’asile ont été déposées, un record depuis 2016 ! Pour y faire face, nous avons pratiquement doublé nos capacités d’hébergement grâce au soutien de l’armée ; nous avons aussi fait appel à des civilistes afin de garantir l’encadrement nécessaire. Le SEM s’attend à une nouvelle hausse du nombre de demandes en 2023. La recherche de lits supplémentaires pour les requérants d’asile et le personnel d’encadrement est donc devenue une tâche permanente, non seulement pour la Confédération, mais aussi pour les cantons, les villes et les communes. Malgré tout, notre système d’asile a jusqu’ici tenu bon ; ce constat réjouissant ne doit rien au hasard, mais s’explique par le fait que toutes les parties concernées se sont serré les coudes.

Bien que l’effectif des personnes hébergées dans les CFA ait été nettement plus élevé que prévu, le nombre d’incidents a considérablement diminué en 2022. Le SEM a élaboré un vaste plan de prévention de la violence et appliqué toute une série de mesures, qui semblent déjà avoir porté leurs fruits. Nous sommes conscients de la nécessité de rester vigilants dans ce domaine sensible qu’est celui de la sécurité. D’autres mesures sont prévues et seront mises en œuvre cette année.

Tous ces problèmes rencontrés dans le domaine de l’asile font parfois oublier les prestations que le SEM a fournies dans de multiples autres domaines. Ainsi, l’effectif des personnes renvoyées en 2022 a été supérieur à celui des années précédentes. Nous bénéficions en la matière d’une bonne collaboration tant avec les cantons qu’avec de nombreux États de provenance, ce que beaucoup nous envient. Le bilan est aussi positif dans le domaine de l’intégration. Le taux d’activité des réfugiés reconnus et des personnes admises à titre provisoire ne cesse d’augmenter ; voilà qui prouve, si tant est qu’il en est encore besoin, l’efficacité des mesures d’intégration adoptées par la Confédération et les cantons, parmi lesquelles le préapprentissage d’intégration, qui permet à nombre de jeunes d’accéder à un apprentissage.

La migration nous concerne, nous, c’est-à-dire notre office, mais aussi la Suisse toute entière. Vous trouverez dans le présent rapport des chiffres, des informations et des anecdotes sur l’année écoulée. Le SEM continuera à s’employer de toutes ses forces à relever les multiples défis auxquels nous sommes confrontés. Ce faisant, il ne nous faut jamais perdre de vue que, derrière ces chiffres, se cachent des êtres humains avec leurs craintes et leurs espoirs. Il me tient à cœur de continuer à en écouter le plus grand nombre en 2023.

Derniers articles